La nécessaire adaptation de l’entreprise aux nouvelles formes de travail

Si le salariat demeure en France la forme la forme d’emploi dominante, la part des free-lances, ou travailleurs non-salariés ne cesse de prendre de l’importance. Selon une étude menée par le cabinet de conseil McKinsey, si l’on considère les personnes salariées cumulant une activité indépendante, 20 à 30 % des actifs français seraient concernés par le travail freelance. Une nouvelle donne à laquelle les entreprises sont donc de plus en plus confrontées et à laquelle elles doivent s’adapter.

On a encore parfois tendance à les qualifier de précaires, pourtant, les freelances ont dans la majorité des cas choisi et non subi leur statut de travailleur indépendant. Si les mutations économiques sont bien entendu un facteur déterminant de l’augmentation du nombre de travailleurs indépendants, ce choix révèle également une tendance plus profonde de transformation culturelle : les actifs souhaitent davantage de liberté, de flexibilité et sont de plus en plus nombreux à choisir ce statut d’indépendant afin de décider de leurs conditions de travail et des projets sur lesquels ils souhaitent travailler. Ainsi, selon une étude sur le freelancing menée par la plateforme Hopwork et Ouishare en 2017, le nombre de travailleurs indépendants aurait augmenté de 120 % en France depuis 10 ans !

Le secteur IT, pionnier en la matière

Consultants, experts en marketing, graphistes, tous les métiers et secteurs d’activité sont concernés par cette tendance. Cependant, les développeurs informatiques et autres ingénieurs IT freelance restent les profils que les entreprises « s’arrachent » le plus et sont sur-représentés dans cette catégorie de travailleurs. Selon l’étude Hopwork et Ouishare, ces développeurs informatiques et ingénieurs IT « sont des pionniers du futur du travail. Ils “font” le numérique, en développant et en utilisant les outils numériques. Surtout, leurs aspirations et revendications, exprimées “en avance de phase”, contribuent à la transformation à terme des conditions de travail de tous les autres actifs. »

Avec des compétences pointues et très recherchées, ils sont particulièrement sollicités sur le marché du travail. C’est le cas notamment de certains spécialistes de la Data ou du développement qui peuvent ainsi se permettre de dicter leurs « conditions » aux employeurs. Ceux-ci n’ont plus le choix,  pour avoir accès aux talents dont ils ont besoin, ils doivent s’adapter à ces nouvelles formes de travail…

Intégrer ces nouveaux collaborateurs

Si le statut de micro-entrepreneur crée en 2008 a fortement contribué à l’augmentation du nombre de freelances en France, cela reste un statut plutôt privilégié pour démarrer son activité ou l’exercer en complément. Avec des cotisations sociales plus élevées mais un statut ouvrant à davantage de droits, les entreprises de portage salarial se sont développées ces dernières années et ont bien souvent été des « intermédiaires de moindre valeur ajoutée » entre les sous-traitants et leurs clients. Les ESN, par exemple, n’ont fait que structurer et sécuriser la rencontre entre les entreprises et les travailleurs indépendants de talent.

Aujourd’hui avec le poids grandissant des indépendants, leurs pouvoirs deviennent plus important et la compétence devient un enjeu plus fort que le référencement achat.

L’enjeu n’est plus seulement de trouver la bonne ressource, elle est de la garder

Dans ce contexte fortement concurrentiel, il devient nécessaire pour l’entreprise de s’adapter afin d’attirer mais également conserver ces talents. Ainsi, parallèlement à un service RH « classique », il lui devient indispensable de développer une structure de ressources humaines spécifiques aux travailleurs indépendants. Pour permettre à l’entreprise de se démarquer et d’offrir une véritable plus-value, celle-ci devra proposer et développer des services propres à cette population tels que :

 

  • Hot line pour conseils fiscaux et administratifs
  • Proposition de mutuelle
  • Service commercial avec sourcing de nouvelles missions

 

OptiXT nouveau MSP IT répond à cette nouvelle demande

1er MSP IT français, OptiXT, spin off d’un groupe de service IT majeur possède une maîtrise parfaite du secteur ainsi que de ses principaux dirigeants. Gérant actuellement plus de 160 M€ de flux d’achats de prestations intellectuelles par an, il se positionne comme un acteur garant du processus, flexible et conscient des enjeux business. Grâce à ses relations avec les FMS (Freelance Management System), OptiXT se révèle le partenaire indispensable des travailleurs indépendants et de leurs clients.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *